Clap de fin

  • Created By : 2019-05-13 13:37:34
  • Write By: Elodie Traclet
  • Published In:
  • Read 1137 Times
  • Commen:

Certains le savent, d’autres s’en doutent peut être, l’aventure Cavaletic touche à sa fin.

Beaucoup de paramètres sont entrés en ligne de mire pour en arriver à cette décision, entre autres choses, de nouvelles opportunités professionnelles encore plus engagées. Décision quand même pas évidente à prendre, mais comme on me l’a dit un jour « un bon entrepreneur sait aussi arrêter quand il le faut »…  Je prends ça pour un compliment !!

Déjà, il faut savoir que Cavaletic, c’est une seule et unique personne… Une montagne de responsabilités, d’idées, de travail à assumer seule… Lancer ce concept vertueux dans le milieu de l’équitation, c’était un pari un peu fou ! Pari tout de même réussi (toujours voir le verre à moitié plein) car Cavaletic a tout de même bouleversé les codes de la mode équestre, a fait parler et a fait prendre conscience de certaines choses… Preuve en est aujourd’hui, des marques existantes commencent à se préoccuper de certaines valeurs (méfiez-vous quand même des opportunistes :-) ! ), d’autres sont nées de cette idée… 

Au départ, une envie : prouver que la mode éthique dans le milieu de l’équitation est possible.

 

 

Collection classique avril2015

Après une étude de marché, les recherches de matières certifiées et de fournisseurs, la rédaction d’une

charte éthique, le dessin des modèles, les 1ères commandes, la recherche de partenaires logistique

et transport, l’organisation de la 1èreexpédition… Nous y voilà, la collection classique est ici !

Tout ceci sans aucune subvention ! Juste un apport personnel et un tout petit prêt bancaire.

 

 

Avril 2015, mes 1ers stands en concours, en région PACA. Commençons modestement, je fais les amateurs des écuries voisines et je commence à faire connaître Cavaletic dans la région. Je prends contact dès les 1ers mois avec la commission hunter avec une idée en tête : associer Cavaletic à cette discipline (ma préférée !!). Bien joué, le public adhère, adore ! Le début d’une des plus belles parties de l’aventure Cavaletic !

 

2016 : le grand saut, je pars, avec l’aide d’une amie, à mon 1er grand événement : le jumping de Bordeaux. Pour ce grand jour, j’ai essayé de développer tout un concept de stand cohérent avec l’image que véhicule Cavaletic : ce sera donc du bois flotté, du bois de récup, des palettes, des caissettes en bois… avec les mains magiques de mon amoureux, ça prendra forme et le stand de Cavaletic sera, en toute modestie, l’un des plus beaux du jumping ! 

 

bordeaux2016

 

Je poursuis dans ma lancée et quelques mois plus tard, avec une autre amie (celle qui sera « mon bras droit » de nombreuses fois !) on débarque à Fontainebleau, pour les championnats Amateur au Grand Prix Classic. Là encore, un accueil hyper positif, chaleureux, de quoi continuer à se motiver pour la suite.

grand prix classic16

 

Octobre 2016 : EQUITA !!!! La tornade Equita avec les copains du French Paddock. Encore une idée réussie qui a permis d’asseoir d’avantage la notoriété de ma toute petite marque et de me faire une place parmi les plus grands.

On parle de Cavaletic, on voit Cavaletic un peu partout… Quelle joie et quelle fierté !

 

2017 : l’année de la fête ! Le travail de ces 2 dernières années commencent à payer ! 

1ères commandes à l’export, Jumping de Bourg, Championnats de France Amateur hunter et CSO, les défilés Cavaletic ont un succès fou pendant cet été 2017, la machine est lancée ! 

Paroxysme de cette année folle : Equita. Un truc inimaginable, des émotions, du rire, du monde (beaucoup de monde !!) de la fatigue (beaucoup de fatigue) mais une énergie et une envie de continuer à soulever toutes ces montagnes… seule !!! 

 

equita17

La team Jumpinside à nos côtés pour Equita 2017, accompagnée de Julien Gonin et Olivier Robert pour une séance de dédicaces mémorable

 

La fin d’année arrive et avec elle, le bilan comptable. C’est bien, très belle progression, on tient le bon bout même si on peut toujours s'améliorer ! Peu après, un développement produit qui ne verra malheureusement pas le jour à cause d’un souci de production insolvable… perte de temps, d’argent et pas ce nouveau produit phare pour l’automne 2018... 

Je commence à me demander comment continuer à tout assumer seule, outre les stagiaires, c’est plutôt d’un 2ème cerveau dont j’ai besoin… je cherche des partenaires, des associés mais il y a toujours quelque chose qui ne va pas… :-/

 

Et une prise de conscience qui va devenir une évidence : aujourd’hui, le milieu de la mode équestre est très concurrentiel et malheureusement, mon éthique a aussi des inconvénients : matières techniques (pour les pantalons essentiellement) pas faciles à trouver, manteaux de fabrication européenne très chers… pas facile de développer des nouveautés sur ce marché où les concurrents lancent 2 à 4 collections par an.

Et pour la diffusion de la marque, c’est du marketing, du marketing et encore du marketing. Très honnêtement, les techniques de vente nécessaires aujourd’hui à la survie d’une marque, la rotation des collections, tout ça c’est un peu contraire aux valeurs défendues par une marque de mode éthique. Je prône le « acheter moins, acheter mieux », mais pour survivre, il faut faire acheter à ses clients de tout et tout le temps ! Des French days aux soldes, en passant par le black Friday, tout cela est totalement contraire à ce que je veux véhiculer !

En gros, c’était devenu faire l’inverse de ce que je fais moi-même… de quoi devenir un peu schizophrène ;-) 

 

2018 : l’année de l’introspection et du bilan : ok, les valeurs de Cavaletic sont définitivement appréciées, elles sont même plébiscitées. 

Cependant, une question : est-ce que ce n’était pas un peu trop tôt ? peut être… En tous cas, il faut se rendre à l’évidence :

une petite marque qui défend des valeurs éthiques, qui parle de mode éco-responsable, qui veut proposer une nouvelle façon de consommer, qui met en avant la slow fashion, concept encore trop peu développé dans ce tourbillon de marques, de prix cassés, de nombres de collections... tout ça en frontal avec les autres acteurs du milieu, c’est un peu David contre Goliath !

Ce n’est pas un abandon, c’est n’est pas un échec, c’est juste un constat... Ca a été très bien de le faire, d’y croire, et il n’y a pas que moi qui y ai cru ! Beaucoup de personnes m’ont suivie : des cavaliers, des professionnels de tout horizon, des selleries, des organisateurs… 

Nous avons besoin de marques qui s'engagent dans une démarche plus vertueuse, Cavaletic, ça a été aussi ma façon de faire passer le message d'urgence sur l'industrie de la mode et ses conséquences, qui sont souvent oubliées. Certaines l'ont bien compris, d'autres moins. En tous cas, Cavaletic a eu le mérite de faire partie du paysage équestre pendant 4 ans en impulsant une nouvelle dimension à la mode pour cavaliers. Et pour ça, je suis fière. 

Et aussi, petit détail à ne jamais oublier : derrière une marque se cache une société, qui elle-même est composée  de personnes qui travaillent et se donnent à fond dans ce qu’elles font… et en ce qui concerne Cavaletic, il s’agit d’ UNE personne, une personne qui a une famille, des amis, un cheval, une vie quoi !! On s’y perd ;-) ! On a beau avoir toute la volonté du monde, il arrive un moment où on réalise qu’on n’est qu’un humain, avec 2 bras, 1 cerveau et 24h dans une journée…

Faire le point sur ses priorités, ce qu’on veut et surtout ce qu’on ne veut pas… 

Et puis d’autres opportunités se sont offertes à moi. Des choses encore plus en accord avec mes valeurs fondamentales, qui me permettent de me sentir encore plus cohérente avec moi-même, qui me permettent de donner encore plus de sens à ce que je fais, toujours dans la même optique : prôner le respect de l’environnement, sensibiliser les gens à une manière de penser et de consommer différente, pour le bien de la planète et la survie de tous !

 

Tout cela me mène aujourd’hui à mettre un terme à cette belle aventure. Je ne suis pas amère, je suis évidemment un peu triste, je me dis que Cavaletic aurait mérité de vivre plus longtemps. Je suis convaincue que ce n’est qu’une question de temps pour voir fleurir, même dans notre milieu équestre pas très écolo, des solutions plus éco-responsables.

 

Si j’ai un conseil à vous donner, c’est de vous méfier du greenwashing… Des marques le feront honnêtement, d’autres, sentant le vent tourner, s’intéresseront tout d’un coup à l’éthique et à l’environnement. 

Si ces valeurs vous touchent, pensez à regarder les certifications, l’origine des matières (je ne sais plus quoi penser quand je vois tout ce qu’on peut raconter sur les matières synthétiques : anti-uv, anti-bactérien, anti-transpirant… ça reste du pétrole, du plastique, un point c’est tout), les pays de fabrication. Le bio tout seul, ça ne veut rien dire. Le coton BCI est une arnaque, le bambou aussi (pour les vêtements, on fabrique de la viscose de bambou dont la transformation n’est pas sans impact sur l’environnement ! la viscose de manière générale est un faux ami car le procédé de fabrication est très polluant), la seule chose qui compte concernant le coton, c’est la certification GOTS ou OCS. Pour le reste, fiez vous aux labels Fair Wear Foundation, Oekotex, Reach, confidence in textile. Et privilégiez la transparence. 

 

En tous cas, j’attends ces marques avec impatience car pour l’instant, je ne sais plus chez qui acheter moi-même des vêtements d’équitation :-) ! Heureusement, les sweats en coton bio et les polos de concours en lyocell de Cavaletic sont d’une telle qualité qu’ils vont me durer encore quelques années…

 

Une belle page se tourne mais Cavaletic a existé et existera encore longtemps à travers vous tous et toutes qui l’avez adoptée. 

Merci 

Naturellement,

Elodie

Leave a comment

1 Commentaires

  • Comment Link 2019-05-15 12:26:47 Posté parCrottins & Co.

    Je suis à la fois triste d'apprendre la nouvelle et en même temps je comprends totalement les raisons qui ont motivées ce choix. Cavaletic est une belle marque et effectivement ça fait du bien de voir une marque équestre prôner les valeurs environnementales. Je crois qu'une belle avancée à été faite grâce à ces 4 années d'existence qui ont permis aux cavaliers d'entendre parler d'éco-responsabilité dans la mode. Je suis contente d'avoir acheté un polo récemment, je vais le garder précieusement ! Bonne chance pour les prochaines aventures professionnelles, Audrey.

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.